Trucs pratiques pour diminuer le gaspillage des aliments

Depuis mon plus jeune âge, la protection de l’environnement est une cause qui me touche beaucoup. Je me rappelle, entre autres, que j’étais constamment en train de rappeler à mes parents de ne pas faire couler l’eau inutilement lorsqu’ils cuisinaient ou lorsqu’ils se brossaient les dents.

En vieillissant et en commençant moi-même à cuisiner, je me suis rendue compte à quel point il est facile de contribuer au gaspillage alimentaire, de l’épicerie à l’assiette. Mais qu’est-ce que le gaspillage alimentaire?

En fait, il s’agit d’aliments qui sont jetés au travers du processus qui amène l’aliment à votre assiette, que ce soit aux champs, à l’épicerie ou même à la maison.

Image 1 : Les étapes du gaspillage au travers de la chaîne de production

Il est estimé, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, qu’environ 1/3 de la nourriture produite dans le monde est jetée. Au Canada, cela représente environ 1 milliard de dollars. Encore pire, environ 47% du gaspillage provient du consommateur. Ceci m’amène donc à vous parler de quelques gestes simples à mettre en pratique pour réduire ce phénomène.

Avant d’aller à l’épicerie

On considère que si le tiers de notre panier d’épicerie ne se retrouvait pas gaspillé et/ou à la poubelle, c’est entre 1000$ et 1785$ par année qu’un ménage moyen économiserait. Ainsi, prendre quelques minutes pour planifier  les aliments à acheter à l’épicerie pourrait vous sauver beaucoup d’argent tout en réduisant le gaspillage.

Il s’agit donc simplement d’établir votre menu de la semaine et faire une liste d’épicerie avec les aliments nécessaires à vos recettes. Cela vous évitera de vous écarter une fois rendu au supermarché et d’acheter des aliments dont vous n’avez pas vraiment besoin. Il n’y a rien de pire qu’acheter un pied de cèleri pour se rendre compte une fois à la maison que vous en aviez déjà un, pas vrai?

À l’épicerie

  • Choisissez les légumes orphelins. Les quelques bananes seules, les raisins tombés de la grappe, ou encore les pommes meurtries qui, une fois pelées, seront tout aussi bonnes dans la croustade que vous avez prévue de cuisiner. Autrement, ils pourraient être jetés par le supermarché. Heureusement, il existe de nos jours plusieurs marchés d’alimentation qui ont des ententes avec les banques alimentaires dans le but d’éviter ce phénomène.
  • Faites d’une pierre deux coups en choisissant des aliments locaux. Les aliments qui proviennent de la région et les fruits et légumes qui sont en saison ont parcouru beaucoup moins de chemin pour se retrouver dans votre supermarché. Résultat? Ils sont plus frais, donc se dégraderont moins rapidement. Du même coup, vous contribuez à réduire la pollution provoquée par le transport!
  • Préférez les aliments en vrac. Vous pourrez en acheter tout juste la bonne quantité pour votre recette, tout en évitant le suremballage des aliments. Cela est entre autre le cas des courgettes en barquette avec plusieurs couches de cellophane, et même celle des noix.

Après l’épicerie

  • Congelez vos restants dans des plats ou des sacs hermétiques ou des moules à glaçons (surtout utile pour le pesto et les sauces) que vous ressortirez plus tard pour en faire une recette TOUSKI (tout ce qu’il y a dans le réfrigérateur).

La recette TOUSKI par excellence, c’est la soupe! Utilisez l’eau de cuisson de vos légumes comme base à soupe, des légumes défraichis et un restant de riz ou de pâtes avec des morceaux de viande de la veille. Une bonne soupe nutritive et réconfortante, surtout en hiver. Personnellement, j’aime bien aussi faire des smoothies avec mes fruits trop mûrs, un restant de yogourt et un peu de jus.

  • Évitez les pertes en plaçant toujours les aliments les plus récents à l’arrière du réfrigérateur ou du garde-manger. Cela permettra de faire une bonne rotation des aliments et de ne pas perdre de vue ceux qui commencent à dater et qui devront bientôt être consommés.
  • Entreposez adéquatement vos aliments. Achetez des contenants qui sont conçus spécialement pour mieux conserver les fruits et légumes, placez les aliments les plus fragiles dans des contenants et privilégiez toujours les contenants hermétiques aux pellicules de plastique.

Pour en savoir plus sur les manières de recycler, d’éviter le gaspillage et de conserver vos aliments, consultez ces différentes ressources, dont le Thermoguide du MAPAQ, un outil très pratique pour connaitre les bonnes durées de conservation.

Références :