Stradbroke Island, Australie – Partie 1 de 3

11844192_10153162364138042_584968194_n

Saches que t’es pas rendu. Achètes bin des revues de mode à Montréal, tu vas en avoir besoin ! La destination de l’Australie, quand tu pars de la belle province de Québec, c’est carrément l’autre bout du monde (bon j’apprends rien à la majorité de la population qui a réussi sa géographie de 2e année du primaire), mais on va se le dire, l’avion, c’est long longtemps.


Pour les chanceux qui prendront Air New Zealand de Vancouver à Auckland, vous avez les trilogies complètes de Lord of the Ring et The Hobbit, version longue, courte, effets spéciaux, special features, making of, toute la patente dans une section spéciale des divertissements. C’est pas tout le monde qui est fan, mais quand tu trippes grave Terre du Milieu, c’est la jubilation lorsque tu découvres cette section bonbon. Les 14 heures de vol te sembleront être 45 minutes, c’est garanti. Sans oublier que c’est la sublime Alana Blanchard, la très sexy Anastasia Ashley, le légendaire Laird Hamilton et plusieurs autres excellents surfers qui t’expliquent comment attacher ta ceinture de sécurité et installer le masque à oxygène en cas de chute de pression (allez voir ça sur youtube, Air New Zealand safety video). Air Canada, t’as besoin de manger quelques croûtes…11815592_10153153061273042_1078870417_n

Le voyage Québec-Australie est assez spécial. À quantité de fuseaux horaires que tu traverses, tu comprends plus trop la dimension du temps. Je suis partie un matin du 22 mai. Je suis arrivée en Nouvelle-Zélande à l’aube le 24 mai. J’ai fait environ 24 heures de déplacement. Je n’ai jamais vécu la journée du 23 mai 2015… Bin je l’ai peut-être vécu comme 30 minutes quelque part au-dessus de l’océan Pacifique, mais bon ça a l’don de me fasciner pareil ! Watch bin vivre deux fois la même journée au retour, ça c’est drôle aussi. Je m’égare un peu, je sais, je poursuis.

Arrivée à Auckland, il est 6 heures du matin. Le soleil commence à se lever. Le ciel change tranquillement du mauve au rose orangé. Et tu peux maintenant les voir. À travers les grandes vitres du terminal. Les fameuses montagnes noires, pointues, rocailleuses, couvertes de neige blanche immaculée que tu as pu admirer dans presque toutes les scènes des films de Frodon et compagnie. (Bin non, toujours pas arrivée en Australie, j’vous l’ai dit que c’était long!) Ce paysage néo-zélandais à couper le souffle t’accompagne de 6 heures et demie à 8 heures et demie dans la salle d’attente pour ton prochain vol (le dernier !!) qui t’amènera à Brisbane. J’peux vous dire que j’ai eu la bougeotte pas mal durant ces deux heures là. Être si près des Hobbits et ne pas pouvoir sortir de l’aéroport… (Je m’excuse pour ceux qui n’aime pas ou en fait ne connaissent pas l’univers de J.R.R. Tolken. Je dois être tannante à lire hihi oups, lâchez pas, les kangourous s’en viennent.)

Enfin, les douanes australiennes sont passées. Tu traînes ta valise et t’as le sourire scotché au visage parce que tout ce que tu vois c’est des palmiers et un soleil de plomb à l’extérieur. Il fait un confortable 21°C. C’est l’automne à son apogée. L’hiver qui arrive dans une semaine. Les Australiens sont en jeans et en manches longues. Moi, Québécoise beaucoup trop heureuse d’être contente, fièrement en shorts et en camisole. J’peux vous dire que c’est plutôt facile différencier les touristes des locals durant cette saison froide…

11801977_10153153064793042_1702796527_n

Dave Westby, responsable du Club de sauvetage Point Lookout et Marie-Hélène Paquette, la fille au passeport le plus estampé que je connaisse, monitrice en sauvetage océanique, viennent nous chercher à l’aéroport. Il nous souhaite chaleureusement la bienvenue. Pas de temps à perdre, hop dans la voiture ! Direction Stradbroke Island.

Mais attends peu… Elle est bizarre la voiture… Ah ta ! C’est vrai, on conduit à gauche ici. Le volant est à droite. Tsay quand t’as 14 heures de décalage dans le corps et que t’as pas vraiment dormi durant les 30 dernières heures, t’es déjà un peu semi-mêlé. Si en plus, à ton arrivée, tu roules sur des routes qui sont complètement l’inverse (sorties d’autoroute, rond-points, intersections, tout le kit) de ce que tu as toujours appris, j’vous confirme, on comprend plus rien. Mais le plus drôle, c’est sûrement les panneaux de signalisation de koala ou kangaroo crossing. Ça change des cerfs et orignaux. Ça fait sourire.

11823797_10153153062753042_2134697295_n

Avant de prendre le bateau pour l’Île de Stradbroke, nous nous sommes arrêtés à une petite boulangerie question de se dégourdir les pattes et remplir les estomacs qui commençaient à se faire insistants. C’est à ce moment, sur la terrasse, que ma nouvelle et hilarante amie Katherine, rencontrée il y a de cela 48 heures à Montréal, gigotte dans tous les sens tentant de se libérer d’une grosse bibitte méconnue avant de crier : «Aaaaaaah je pense avoir été piquée !».

Dave de lui dire très sérieusement: «Here, animals don’t bite, they kill.»

(Synchronisation d’un déglutissement inquiet pour Kat et moi).

Dave qui part à rire, rassure Katherine.«It’s alright sweetie, it looks fine.»

Quand tu sais que l’Australie est reconnu pour ses crocodiles voraces, ses immenses requins blancs, ses serpents venimeux, ses impressionnantes méduses, ses tarentules aux morsures fatales, bref pour être l’habitat de 97% de la faune hostile de la planète, tu sais que Dave ne blaguait pas tout à fait complètement…

Fait cocasse, en allant voir la météo de Brisbane avant mon départ pour avoir un aperçu de leur hivers rugueux (lol), j’étais tombée sur de quoi d’assez particulier. Météomédia publie parfois quelques réalités météo qui sortent de l’ordinaire. Il pleuvait des araignées en mai, quelques jours avant que j’arrive, à Goulburn, au sud de l’Australie. Heureusement loin de Brisbane.Le vidéo était une vision d’horreur. Des millions d’araignées qui descendent du ciel grâce à un petit parachute fait de leur toile (les ingrates). Un phénomène dû à leur migration. L’article était accompagné du témoignage d’un Australien : «You think your weather is bad ? We have spider rain here.» Haha ! Ça m’a permis de me réconcilier avec nos -40°C québécois le temps d’un instant…11815955_10153153063298042_1808592394_n

Les deux pieds rendus sur Stradbroke Island, tu réalises que c’est le paradis ici. Peu habitée, tranquille, végétation luxuriante, eau dans tous les tons possibles du turquoise (mon cœur qui débat à tout rompre quand je vois cette couleur), des palmiers partout, ça sent l’eau salée et l’humidité de la jungle, un ciel bleu et des plages magnifiques… Des plages vides en fait… Comment ça des plages vides ?

«Dave, why is there nobody on the beaches? »

«It’s almost winter honey, too cold for us to be in the water. »

Ils me font rire les Australiens. Il faisait 21°C ce matin. Pas mal sûre qu’on est rendu à 24°C maintenant.

(Me to myself: Can I have my Australian citizenship yet?)

Les premiers à nous souhaiter la bienvenue sont les kangourous. Bin oui les kangourous. Bein relaxes dans le parc entre les tables de pique-nique… et les humains. Rien de plus normal. Voilà même pas 6 heures que je suis en sol australien et je peux déjà dire que j’ai vu Skippy et ses chums.

Je vais comprendre plus tard que les kangourous en Australie, c’est un peu l’équivalent des cerfs au Québec, sauf qu’en plus nombreux, plus voyants et moins peureux. J’ai eu droit à un roulement de yeux de la part d’un caissier australien qui m’avait demandé ce que j’avais trouvé le plus excitant à date du voyage (son radar à touristes avait sonné, le perspicace avait vu que j’étais en camisole et en shorts…) et que j’avais répondu les kangourous. C’est pas compliqué, sur l’île de Stradbroke, ils sont partout.

La première semaine a été plus qu’irréelle à s’entraîner dans quelque chose qui me passionne, le sauvetage océanique. Apprendre des meilleurs sauveteurs au monde est simplement incroyable et a été des plus enrichissants. Comme c’est une expérience plutôt différente du reste du trip, j’en ai fait un article à part qui apparaîtra sur le blog lundi le 19 octobre, à la suite des parties 2 et 3 🙂11791878_10153153062673042_2087573967_n

Dernière journée au Point Lookout Surf Lifesaving Club, on déjeune dehors sur la terrasse. J’peux vous dire que quand ton club de sauvetage s’appelle Point Lookout, ça te donne une p’tit indice que la vue sur l’océan, elle est pas mauvaise…Ce qui est particulier avec ce matin-là, c’est qu’on a déjeuné avec une baleine. Elle n’était pas assise avec nous à la table malheureusement, mais elle chillait à environ 100 m de la plage. Bin pénard. Elle a été là du début de la cuisson des œufs jusqu’à l’engloutissement complet de toutes nos toasts. Son aileron sympathique nous disant bonjour à toutes les 45 secondes. Un p’tit psshiit d’eau et une queue en l’air de temps en temps pour shower off. Casual morning in Australia comme on les aime…

On descend nos valises du dortoir pour aller reprendre le bateau. Direction la Sunshine Coast. On dit au revoir aux deux kangourous qui relaxent dans la cours avant du Club (on s’y habitue). On regarde autour de nous et apprécie le paysage out of this world qu’est l’île de Stradbroke une dernière fois. On prend un grand respire et on entre dans la mini-van.

11830846_10153153061798042_1641774480_n