Le GPS des saveurs

Parce que l’été rime souvent avec légèreté et nouveauté, je vous propose une petite virée gourmande avec quelques adresses locales à découvrir pour un pur dépaysement gustatif.  Dans une optique d’économie durable, prenons le temps de découvrir ce qui se fait de meilleur à côté de chez nous en plus de promouvoir cette belle richesse tatouée de la fleur de lys ! Et pour rendre cette route des saveurs mémorable, pourquoi ne pas sortir son vélo et s’y rendre à coup de pédales, idéalement avec un petit vent de dos…

 

Notre Québec, riche en couleurs, sait mettre en valeur, via les marchands du coin, une panoplie de produits naturels et locaux. Par sa large diversité, les commerçants ne manquent pas d’inspiration afin de se spécialiser en alcool prisé, en passant par des fromages délectables ou en proposant des concepts durables et écologiques, comme des épiceries zéro déchet.

 

Selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), un produit voulant fièrement porter le nom de « local » doit avoir été produit dans la municipalité où il a été fabriqué, dans une ville adjacente ou dans un rayon de 50 km maximum (1).  Ce qui signifie que les fameuses crevettes de Matane, bien qu’un choix beaucoup plus écoresponsable que celle produite en Asie, ne sont pas « locales » selon notre propre situation géographique. Attention ! Cela ne veut pas dire qu’il faut délaisser les produits issus de notre commerce intérieur. Au contraire, favoriser les produits d’ici, permet entre autres, de réduire considérablement notre empreinte carbone. Par ailleurs, pour faire un choix dit « local » au sens de la loi, il faut faire attention aux produits qui mentionnent d’autres termes non réservés et bien identifier la ville de production sur l’emballage.

 

Un pour tous et tous pour un

Saviez-vous qu’en 2015, les Nations Unies ont émis des objectifs de développement durable « pour éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous » (2). Ces 17 objectifs, se voulant la trame de fond des politiques gouvernementales, proposent des lignes directrices dans la création de programmes en prévention et en promotion de la santé, ainsi qu’en développement économique. À plus petite échelle, manger local fait partie des petits changements que nous pouvons faire en tant que citoyen afin de participer à la lutte mondiale contre le réchauffement climatique, mais également en nous invitant à modifier nos propres habitudes alimentaires, en favorisant des aliments frais et peu transformés, ce qui améliorera au passage notre santé globale.

 

Pour vous convaincre davantage, sachez que c’est la demande des consommateurs qui permettra de modifier les systèmes de distribution alimentaire. Le citoyen, dans cette optique, a une place de choix dans le processus de décision et peut imposer sa vision d’une alimentation durable. En recherchant à valoriser les produits locaux, les grands détaillants devront s’y conformer et pourront faire les changements appropriés. Par exemple, les points de chute des différents paniers biologiques augmenteraient et les villes, de leurs côtés pourraient repenser leurs fonctionnements, en y intégrant de l’agriculture urbaine, des toits verts, des méthodes de culture s’adaptant à nos climats et favorisant une meilleure utilisation des ressources naturelles. Ces idées semblent bien utopiques, mais avec la voix de tous et chacun, elles pourraient prendre part rapidement à notre quotidien alimentaire. Rappelez-vous seulement il y a quelques années, comment les végétariens de ce monde se sentaient exclus et peu compris. Alors, savourons le Québec et portons collectivement cette nouvelle vague de changement.

 

Top 5 – Arrêts éco-gastronomes

 

  • Vignoble domaine de l’ange-gardien

6869, Avenue Royale. L’Ange-Gardien (Québec) G0A 2K0

 

  • La fromagerie Bergeron

3837, route Marie-Victorin. Saint-Antoine-de-Tilly (Québec).G0S 2C0 Canada

 

  • La récolte, Épicerie. Aliments en vrac minimaliste.

885, 3e Avenue. Québec, Qc, G1L 2W8

 

  • Chocolaterie de l’île-d’Orléans

150, chemin du Bout-de-l ‘Île, Sainte-Pétronille, Île-d ‘Orléans

 

  • Le magasin de la Coopérative la Mauve

348, rue Principale, Saint-Vallier Québec, Canada G0R 4J0

 

 

Références :

  1. Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), (2014). Gouvernement du Canada ; allégations sur les aliments – terme « local ». En ligne : http://www.inspection.gc.ca/aliments/etiquetage/l-etiquetage-des-aliments-pour-l-industrie/origine/allegations-sur-les-aliments-terme-local-/fra/1368135927256/1368136146333.
  2. Nations Unies (2015). Objectifs de développement durable ; 17 objectifs pour transformer notre monde. En ligne : http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-