L’activité physique comme médicament pour les diabétiques, est-ce possible?

diabète

Le diabète est une maladie pour laquelle l’activité physique a un réel impact positif sur son traitement, quoique l’activité physique ne puisse pas enrayer la prise de médicaments, mais du moins elle peut les diminuer. Pour les personnes pré-diabétiques, la pratique d’activité physique peut leur éviter de progresser vers le diabète.

Qu’est-ce que cette maladie? C’est un dérèglement du métabolisme du glucose résultant d’une sécrétion d’insuline sous la normale, hormone produite par le pancréas, qui résulte en une hyperglycémie (concentration élevée de glucose dans le sang). Il en existe deux types :

  • Une maladie auto-immune qui attaquerait les cellules du pancréas produisant l’insuline jusqu’à en mener à la perte de son bon fonctionnement, qu’on dénomme diabète de type 1
  • Une surutilisation de ces cellules qui causerait un fatigue prématurée du pancréas puis une résistance à l’insuline causé par des facteurs associés le plus souvent aux habitudes de vie (ex : obésité, mauvaise alimentation), qu’on dénomme diabète de type 2.

D’ailleurs, ce dernier type de diabète double les risques de développer une maladie cardiovasculaire ou rénale dû aux nombreuses complications de l’hyperglycémie chronique (ex : rétinopathie, néphropathie, neuropathie périphérique, athérosclérose).

Mais qu’est-ce que l’insuline? L’insuline est l’hormone permettant au glucose d’entrer dans la cellule afin de lui servir de source d’énergie. Ainsi, s’il y a une résistance à l’insuline, cela cause une faible entrée de glucose dans les cellules ayant pour conséquence une hyperglycémie. Cependant, il ne faut pas se stresser! L’hyperglycémie est normale après un repas. Une sécrétion d’insuline suivra et l’hyperglycémie n’y sera plus. La différence c’est que le diabète est la conséquence d’une hyperglycémie chronique.

Comment faire pour savoir si ma glycémie est trop élevée? Seulement un médecin peut diagnostiquer la maladie. Si vous possédez un glucomètre et que vous obtenez une valeur de glycémie supérieure à 6mmol/L (à jeun depuis 8h) : mieux vaut la reprendre une 2e fois! Si elle est encore plus haute que cette valeur, il est recommandé de consulter un médecin. Un outil simple et pratique à utiliser pour évaluer vos risques de diabète suit cet article.

Après un diagnostic, il est possible de réduire sa prise de médicament, mais cela dépend du type de médicament que le diabétique prend. En effet, si un diabétique doit se piquer avec de l’insuline, il sera impossible d’enrayer ce traitement. Pour un diabétique qui prend, par exemple, de la metformine (médicament diminuant la production de glucose par le foie), il se pourrait qu’avec la pratique régulière d’activité physique, les doses de ce traitement puissent être diminuées. Cependant, il est toujours important de demander l’avis de son médecin et de ne pas soi-même diminuer ses doses!

Une activité aérobie produit de nombreux effets sur la glycémie autant chez les diabétiques que les non-diabétiques. En effet, ce type d’activité augmenterait entre autres la sensibilité à l’insuline, l’activité oxydative des enzymes et le débit cardiaque. Pour un diabétique de type 2, ce même type d’activité (répétée régulièrement) produirait un meilleur contrôle de la glycémie, une baisse de la tension artérielle, de triglycérides ainsi que de la résistance à l’insuline. Les effets sur la sensibilité à l’insuline sont importants et auraient une durée approximative de 24 à 72h. La musculation aurait également plusieurs effets bénéfiques et il est primordial d’en inclure hebdomadairement dans son horaire. Ce type d’activité réduirait le taux de glucose sanguin efficacement puisqu’en augmentant le volume des muscles, il y aurait davantage d’entrée de glucose dans ceux-ci, évitant les hyperglycémies chroniques. D’ailleurs, la musculation aurait aussi tendance à réduire  la tension artérielle, la masse grasse et la résistance à l’insuline.

D’accord je suis diabétique, mais qu’est-il bon de faire pour avoir ces effets bénéfiques sur ma santé? Si vous n’avez aucun symptôme et que vous voulez débuter une activité d’intensité faible ou modérée, un test à l’effort est généralement non nécessaire. Pour ce qui est des recommandations du American Diabetes Association (ADA), elles sont de 150min/sem d’intensité modérée à vigoureuse aux 2 jours (3x/sem) pour obtenir l’effet escompté sur la sensibilité à l’insuline. Pour ce qui est de la musculation, il est recommandé d’en faire 2-3x/sem, 8-10 exercices ciblant les grandes masses musculaires répétés à raison de 1 à 3 séries de 10 à 15 répétitions.

Si vous avez de la médication qui vous place à risque d’hypoglycémie, il est fortement conseillé d’en parler à votre professionnel de la santé avant d’entreprendre toute activité physique régulière !

signature-audrey-ann

Outil Canrisk : http://canadiensensante.gc.ca/diseases-conditions-maladies-affections/disease-maladie/diabetes-diabete/canrisk/index-fra.php?page=start

Références :

http://www.diabete.qc.ca/fr/comprendre-le-diabete/tout-sur-le-diabete/types-de-diabete/quest-ce-que-le-diabete

Brunet, M. (2016). Cours #2: Dépistage glycémie (pré-diabète et diabète). Notes de cours. KIN-3104 : Kinanthropométrie-II. Université Laval

Gaudet-Savard, T. (2017). Chapitre 7 : Le pancréas endocrine. Notes de cours. KIN-3105 : Endocrinologie. Université Laval

Gaudet-Savard, T. (2017). Cours sur le diabète et exercices. Notes de cours. KIN-3105 : Endocrinologie. Université Laval

Riddell, M. C., Burr, J. (2011). Review : Evidence-based risk assessment and recommendations for physical activity clearance: diabetes mellitus and related comorbidities. Appl. Physiol. Nutr. Metab. 36: S154–S189. Doi: 10.1139/H11-063

Colberg, S. R. et al. (2016). Physical Activity/Exercise and Diabetes: A Position Statement of the American Diabetes Association. Diabetes Care. 39: 2065-2079. Doi: 10.2337/dc16-1728

Photo : Pexels.com