Est-ce possible de manger trop de fruits?

Depuis maintenant quelques années, le sucre a été identifié comme un nutriment qui pourrait être à la source de plusieurs maladies chroniques et du surplus de poids. Or, les fruits, regorgeant de vitamines et associés depuis toujours à la santé, sont aussi très sucrés. Faudrait-il alors en limiter la consommation?

D’abord, les sucres font partie de la grande famille des glucides. Les glucides simples ne contiennent qu’une seule molécule (il s’agit alors du glucose, du fructose et du galactose) alors que les glucides complexes en contiendront deux (sucrose, lactose et maltose) ou plus. En effet, un assemblage de plusieurs glucides simples résultera en un glucide complexe, l’amidon et les fibres étant les principaux types retrouvés chez les végétaux. Le corps n’absorbe les glucides que lorsqu’ils sont sous leur forme simple; il doit donc briser les liens entre les plus grosses molécules. Ainsi, les aliments qui sont riches en sucres simples seront assimilés rapidement tandis que les glucides complexes mettront plus de temps à être digérés. Quant à elles, les fibres ont la particularité de ne pas pouvoir être absorbées puisque le corps ne possède pas les outils pour couper leurs liens.

Les fruits contiennent surtout du fructose, du glucose et du sucrose (donc des sucres simples), mais également des fibres (sucres complexes). En outre, ils renferment une multitude de vitamines, de minéraux et divers antioxydants, contribuant tous à maintenir les fonctions vitales de notre corps et à sa défense contre l’ennemi. Lorsque des morceaux de fruits arrivent dans notre estomac, les fibres agissent comme un filet qui emprisonne et retarde la libération du sucre. Il arrivera alors dans le sang de façon plus graduelle, ce qui est plus facile à gérer pour le corps. Vous comprendrez donc que les 20 grammes de sucre contenus dans une pomme n’équivalent pas à la même quantité de sucre blanc raffiné, exempt de fibres et de micronutriments et absorbé très rapidement.

Or, il reste que du sucre, c’est du sucre. Une fois absorbés, le corps ne différencie plus les sucres selon qu’ils proviennent d’une fraise ou de votre café «deux sucre un lait». S’il en reçoit trop et que les réserves du foie et des muscles sont comblées, cet excès d’énergie sera converti en gras pour être stocké dans les tissus adipeux. De plus, le sucre n’est pas un nutriment très rassasiant. Les protéines et les lipides le sont davantage. Ainsi, il se peut très bien que vous ayez encore faim après avoir mangé une grosse salade de fruits.

Que faire, alors? D’abord, ne pas exagérer. Une alimentation très riche en fruits pourrait faire en sorte que vous manquiez de certains autres éléments nutritifs contenus dans les aliments que vous mettez alors de côté. Selon votre gabarit et votre niveau d’activité physique, de deux à six portions par jour serait très raisonnable. Donc à la grande question « devrait-on en limiter la consommation? », je dépondrais « non! », à condition que votre alimentation soit variée et équilibrée. Justement, variez! Certains fruits sont naturellement plus sucrés (ex : banane, dattes) que d’autres (ex : fraises, bleuets) et ils contiennent des quantités différentes de vitamines et minéraux. Vous bénéficierez donc du meilleur de chacun. Si vous décidez d’en faire votre collation, jumelez-les avec des aliments fournissant des protéines ou des lipides comme des noix, du fromage ou du yogourt. Ceci rendra votre collation plus rassasiante et la présence des autres nutriments retardera en plus l’absorption du sucre. Finalement, comme presser un fruit libère son eau et son sucre mais ne laisse pas passer ses fibres, limitez votre consommation de jus et privilégiez l’eau pour vous désaltérer.

Pour conclure, retenez que les fruits sont de délicieuses bombes de vitamines qui devraient absolument faire partie de votre alimentation au jour le jour. Ils sont d’autant plus intéressants pour les gens actifs puisqu’ils donnent de l’énergie de haute qualité rapidement. Comme ils sont somme toute peu rassasiants, mangez-les à même un repas ou jumelés avec d’autres aliments en collation si votre objectif est d’avoir de l’énergie à plus long terme. Profitez des dernières récoltes de la saison en toute sérénité!

Références 

Extenso. Manger sainement : Le sucre, ce nouveau poison. Octobre 2013 [En ligne] http://www.extenso.org/article/le-sucre-ce-nouveau-poison/ (consulté le 9 octobre 2017)

Institut canadien du sucre. Recommandations alimentaires sur le sucre. 2017. [En ligne] http://www.sugar.ca/Nutrition-Information-Service/Health-professionals/Dietary-Guidelines-About-Sugar.aspx

Institut national de santé publique du Québec. La consommation de sucre et la santé. Mars 2017. [En ligne] https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/publications/2236_consommation_sucre_sante_0.pdf

Whitney, E.N., S.R. Rolfes, G. Hammond et L.A. Piche. Understanding Nutrition. First Canadian edition, Nelson Education, 2013.