S’entraîner en sauvetage en Australie, ça te dit ?

Première fois qu’elle mettait les pieds hors du Canada, c’était à l’âge de 17 ans. C’était pour les déposer 16 200 km plus loin, en sol australien. Rien de moins. Dire «déposé dans l’eau de l’Océan Pacifique» serait plus juste : elle a passé son temps à mhsurfer et à apprendre à devenir sauveteur océanique. Depuis, elle n’a jamais arrêté. Elle s’est entraînée en sauvetage sportif pendant des mois et même des années dans des surf club de la Nouvelle-Zélande, de la France, du Canada et de l’Australie. Elle a compétitionné au Japon, en Californie, en Nouvelle-Écosse et récemment aux Championnats du Monde en France. Elle coache depuis plusieurs années sur les plages d’Hawaii et d’Australie. Sans oublier celles de la Gaspésie et du Nouveau-Brunswick. Cette année, elle formera aussi en Caroline du Nord. C’est pas trop compliqué, elle a surfé partout où il y des vagues, de l’Indonésie au Brésil en passant par le Costa Rica et l’El Salvador. Sans compter de nombreux surf spot de la côte Est des États-Unis. Débordante d’idées et de projets, elle a fondé cette année à Montréal son propre club de sauvetage sportif, le Secret spot surf club. Elle a son bacc en kinésiologie, une maîtrise en psychologie du sport et accompagne plusieurs athlètes à l’international. Si on porte vraiment attention, il est possible de déchiffrer la petite gravure sur la chaîne en or qu’elle porte en permanence au cou. Pour les yeux de lynx, écrit en tout petit, on peut y lire le mot Mermaid… On se demande parfois si c’est pas de l’eau salée qui coule dans ses veines. Ça reste à vérifier. Ça, c’est Marie-Hélène Paquette. Ta monitrice en sauvetage océanique pour la semaine.


11787371_10153153063033042_1688636705_nLes paysages sont féériques. Dignes du National Geographic. L’eau est dans tous les tons de turquoise. La végétation est luxuriante. Il y a des palmiers de toutes sortes avec pleins de coconuts. Il n’est pas rare de voir des envolées de petits perroquets multicolores lorsqu’on lève les yeux vers le ciel bleu. C’est peu habité. Très tranquille quand tu iras. C’est un havre de paix. Les plages de sables blancs font des kilomètres. L’océan est à perte de vue. Il y a beaucoup, beaucoup de kangourous. Première journée, tu capotes un ti peu ta vie en les voyant chiller dans le parc. Dernière journée, tu salues ceux qui broutent en avant dans ta cours comme si de rien n’était. Faut dire qu’on s’y habitue, qu’on y prend goût. Ça c’est Stradbroke Island, une île paradisiaque non loin de Brisbane. Ton playground, tes plages d’entraînement pour les 7 prochains jours.

S’il y a bien quelque chose qui m’a marqué de cette semaine inoubliable est l’ambiance de famille qui règne au Point Lookout Surf Life Saving Club. On se sent comme à la maison. Maison australienne énorme avec probablement l’une des plus belles vues de la Terre… On est un petit groupe. On dort tous ensemble dans les dortoirs, les fenêtres ouvertes, au son des vagues.

Dave, moniteur et ex-directeur du Club, nous prend sous son aile comme un père, mais se donne à cœur joie de nous agacercA5qjxLRZiHcAMhn-Qy8eRQ2axazoYsjxi0KGmePv9c comme un frère. On apprend à connaître John le cuisinier, grand gaillard costaud dont l’imposante moustache cache le sourire, qui aux premières allures pourrait paraître intimidant, mais il n’en est rien. C’est le pince-sans-rire le plus drôle et le plus aimable que j’ai jamais rencontré. Très possible que vous tombiez en amour avec ses gâteaux à la coconut, ses biscuits à la coconut, ses muffins à la coconut… C’est assez risqué de tomber en amour avec tout ce qui sort de sa cuisine en fait.

Il y a Jianca, talentueuse photographe sud-africaine résidant à Hawaii et travaillant à New York, spécialiste en compétition de surf, qui va s’amuser à te suivre avec sa caméra hydro-proof sur toutes les plages. Son travail est époustouflant. Tout comme son parcours de vie. Jase avec elle, tu vas pas en revenir!

Bien sûr, il y a Marie-Hélène, la fille au c.v. océanique le plus impressionnant. Mais Marie, c’est beaucoup plus que 150 ans d’expériences dans le corps d’une jeune femme de 28 ans. C’est une fille qui a de la drive, qui veux te pousser au-delà de tes limites. Qui s’assure que tout le monde est correct, qui est très à l’écoute. Faut pas se surprendre à la voir avec un sourire espiègle des fois ou à nous jouer des tours quand on la connaît bien, elle est une bonne vivante qui a gardé son cœur d’enfant.

Finalement, il y a aussi tous les cousins de Liam et Chris Hemsworth. Ein ? Je m’explique. En Australie, les garçons sont, comment dire, loin d’être désagréables à regarder. Les sauveteurs masculins n’échappent pas à la règle. Encore moins ceuxrQN65T4VrFmnS5kwLqHuriZXgb2k3utCBDfbuqO6bl0 travaillant pour Point Lookout. Pour de vrai, l’un d’entre eux était une copie conforme des célèbres acteurs australiens. Blague à part, c’était franchement des gars bin sympathiques, réellement passionnés par leur travail qui n’ont pas hésité à nous donner trucs et conseils tout au long de notre formation.

En bref, chaque repas est partagé avec tout ce beau monde-là. Sans parler des liens qui se sont tissés entre les candidats. C’est des p’tits moments de famille que je n’oublierai jamais.

La formation est débile. Entraînements matinaux de course et de natation (j’vous confirme qu’engloutir les déjeuners de John après ces derniers est d’un plaisir indescriptible !!), ateliers de perfectionnement du RCR, exercices de cas de colonne en tBFMaNWckzPqKLBc9_6Dagf0N9aeXRV9QSjn74upTLgéquipe dans les vagues (oubliez la piscine, c’est toute qu’une autre game !!), initiation aux communications radios, sauvetage en moto-marine, réunion théorique de soirée sur la faune aquatique australienne qui est un peu différente de celle canadienne… C’est exigeant, on s’entraîne fort, mais c’est tellement l’fun. Ce sont de belles expériences accumulées qui nous serviront pour sûr si l’on entame une carrière de sauveteur océanique. Et si ce n’est pas le cas, il s’agit d’un bagage de connaissances essentielles pour n’importe quel sauveteur désireux de progresser et de savoir comment réagir en situation d’urgence… en vacances sur le bord de la mer ! Et on devient diplômé de médaille de bronze australienne en océan à la fin, rien de moins !

Lors de cette semaine, il y a eu beaucoup de beaux moments. Cette formation ne ressemble en rien à ce que vous avez déjà eu auparavant.

11805990_10153153067303042_332346542_nAprès un après-midi intense d’entraînement avec les grandes rescue board, on avait décidé de repousser l’heure du souper pour rester sur la plage jusqu’au coucher de soleil. On en a profité pour surfer sur les vagues avec les boards. La plage à nous tout seuls, les palmiers, le coucher de soleil, le ciel qui devenait un véritable spectacle… Le feeling d’être dans l’océan au crépuscule… Je flottais sur ma planche, loin de la rive, couchée, la main dans l’eau. C’était déjà beaucoup pour mon petit cœur et mes yeux. Et c’est là que je les ai vus. À deux mètres de mon board, trois ailerons sympathiques qui ont «poppées» hors de l’eau. Une première et puis, une deuxième fois. Avec un p’tit psshhit d’eau tout petit. Ah bin saperlipopette !! Des dauphins. Juste à côté de moi. Dans cette eau translucide transpercée par les rayons d’un soleil couchant. Sur cette île paradisiaque. En Australie. J’ai failli pleurer.

Mais j’ai pas pleuré. Beaucoup trop d’orgueil pour ça haha ! Sauf que les larmes de joie étaient pas loin, je le sentais. Moment de fou où tu réalises encore un peu plus à quel point la vie est belle. Que la nature est magnifique. J’y repense et j’ai encore des frissons.

auto plage

Des couchers de soleil, on en a vu à la tonne. On a fait de la Jeep sur la plage pendant des kilomètres et des kilomètres pour en voir un. Ça, ça aussi ça fait partie du cours ! On s’est entraîné à la course dans une des plus belle trail que j’ai foulé qui longe des falaises tout le long. Difficile de rester concentré où tu poses les pieds quand ton regard est partout sauf sur le sentier.

On a fait une bagarre de boules de sable orangées dans un mini-canyon australien. On est allés observer des milliers de chauve-souris au crépuscule. On a déjeuné avec une baleine… Une baleine bin pénard à 100 mètres de la plage qui est resté avec nous, son aileron nous disant bonjour à toutes les 45 secondes pendant qu’on mangeait nos toasts sur la terrasse du Club !

yKkoMxI9B0Vb4I2E73plQEpwo9hhk6uWJF6ZqvAxC60

Marie a cru bon aussi nous initier à la «recherche» en sauvetage. Très important. Pour ce faire, nous sommes allées faire de la plongée sous-marine ! Le premier qui trouve Nemo ! Nous avons vu requins (inoffensifs, pas de stress), tortues, poisson-ballons, d’immenses raies majestueuses tachetées noires et blanches (wow) et franchement presque tous les personnages du célèbre film de poissons se déroulant en Australie (oui des Doris à la tonne !!). Tout ceci n’est que la première semaine à Stradbroke Island… Je n’ai même pas parlé des semaines de vacances sur la Sunshine Coast et la Gold Coast qui y font suite !

Si je peux résumer, I fell pretty damn hard in love with beautiful OZ. J’espère avoir piqué votre curiosité chers sauveteurs et qu’un jour on pourra peut-être même se rencontrer! J’ai promis à l’Australie que je reviendrai…

11791878_10153153062673042_2087573967_n

Photos par la magnifique, badass and hilarious Jianca Lazarus. <3