Pourquoi faire de l’exercice au travail?

De nos jours, de plus en plus d’entreprises favorisent un mode de vie sain et actif. Certains ouvrent des centres de conditionnement physique à même les locaux de l’entreprise, d’autres engagent des professionnels pour venir faire des conférences de promotion de santé à leurs employés, sur la prévention des blessures ou pour donner des trucs pour maintenir la motivation. En quoi cela pourrait être bon pour les employeurs de fournir des ressources santé en milieu de travail? Pourquoi dépenser autant d’argent pour implanter des programmes d’activité physique et de santé pour ses employés?

En fait, plusieurs bienfaits de la pratique d’activité physique au travail ont été démontrés dans la littérature scientifique. Non seulement la pratique d’activité physique améliore la productivité des travailleurs, mais elle permet aussi de diminuer nettement les coûts sociaux entourant cet enjeu (1).

La promotion de la santé n’est pas seulement la responsabilité du gouvernement, mais bien de toute la communauté. Parmi les bénéfices engendrés par l’activité physique, on retrouve une diminution de : taux d’absentéisme, roulement du personnel, cotisation à la CNESST et les conflits. De plus, la promotion de la santé est attrayante pour les candidats, et améliore le climat de travail, la motivation, l’engagement, la créativité des employés et la qualité du service offert. (1, 2).

De nombreuses études ont permis de démontrer que les entreprises avaient une meilleure rentabilité économique et même qu’elles avaient un retour sur l’investissement de l’implantation d’un programme de promotion de santé par l’activité physique. Santé Canada a également étudié la différence de productivité chez des employés actifs et inactifs. Ceux qui étaient actifs avaient une productivité 12% plus élevée que le second groupe. Par rapport à la santé, réduire seulement un des facteurs de risque augmente la productivité de 9% et réduit le taux d’absentéisme de 2% (3). D’ailleurs, l’activité physique a été prouvée comme étant un excellent moyen pour abaisser le niveau de stress au travail (4). Sachant qu’environ 51% des travailleurs éprouvent un niveau de stress modéré ou plus à leur travail, l’activité physique devient donc une solution non négligeable (5).

D’autres facteurs de santé comme le haut taux de glucose dans le sang (diabète), l’hypercholestérolémie (mauvais profil lipidique) ou encore le tabagisme peuvent également participer à l’élévation du taux d’absentéisme en raison des rendez-vous médicaux ou des hospitalisations. Il est important de se rappeler qu’un taux plus élevé d’absentéisme cause des coûts nettement plus élevés pour la compagnie, que ce soit des coûts directs, liés à la production, ou indirects, liés à l’hospitalisation de l’employé (6).

À la lumière de toutes ces informations, il est évident qu’un investissement dans l’implantation de programme de santé en milieu de travail est primordial pour la rentabilité de l’entreprise et pour une qualité de vie nettement meilleure chez les travailleurs.

 

Références :

(1)Santé Canada

(2)Losina, E. et al. (2017). Physical activity and unplanned illness-related work absenteeism: Data from an employee wellness program. PLOS ONE. 12(5): e0176872.

(3)Pelletier, B., Boles, M., Lynch, W. (2004). Change in health risks and work productivity over time. J Occup Environ Med. 46(7): 746-754

(4)Fondation des maladies du Coeur et de l’AVC et l’Association canadienne pour la santé mentale, Le stress apprivoisé

(5)Enquête canadienne sur la santé mentale, 2001

(6)Bouchard, F. (2014). Cours 3 : Promotion de la santé en milieu de travail, introduction à la gestion de la présence au travail. Notes de cours. MED-1910 : Santé et sécurité au travail. Université Laval

Photo : Shutterstock